Accès membres
Mot de passe perdu - Devenir membre
Espace Patients
..............................................................
Pathologies
..............................................................
Annuaire des membres
..............................................................
Devenir membre
..............................................................
En direct de...
..............................................................
En direct de...
 

SFE 2016


ECE 2016


ENDO 2016


phantom hCG



Question posée par le Dr JJ BRISEBARRE (Gradignan)

Patient de 71 ans vu en consultation.
Antécédents: stents
Traitement: Kardegic, Nisis, Tahor, Inexium,Atenolol, Plavix
Gynécomastie bilatérale, palpation testiculaire normale
Devant la possibilité d'une gynécomastie iatrogéne (Inexium,Tahor) Arrêt Inexium
Bilan biologique réalisé au CHU:
FSH, LH, Prolactine, TSH normales, testostérone à 9,04 normal bas, œstradiol à 58 pmol,
HCG totale à 5 mUI (< 2,5), 
sous unité ?HCG libre à 0,32 ng.
Contrôle sur un deuxième prélèvement quelques jours plus tard résultat idem
écho testiculaire RAS
entre temps, légère régression de la gynécomastie (Inexium interrrompu?)
 
Ne trouvant pas d'explication à cette augmentation HCG ==> scanner crane, thorax, abdomen pouvant orienter vers une tumeur secrétant: RAS
 
auriez-vous une ou plusieurs hypothèses à me soumettre

Réponse du Pr Jacques Young (Kremlin-Bicêtre)
Il s’agit très probablement d’un problème d’artefact de dosage (phantom hCG)  lié à la présence dans le sérum d’AC hétérologues (anti Ig souris par exemple)
Pour s’en débarrasser le mieux c’est de faire des dosages avec des dilutions ½, 1/5 , l’absence de diminution du signal lors des dilution est en faveur de cet artefact. L’absence d’hCG dans les urines serait aussi en faveur de cet artefact ainsi que des discordances importantes entre des dosages utilisant des techniques différentes (exemple ELISA versus RIA).

Réponse du Pr Jean Marc Khun (Rouen)

Il n'est pas exclu que la thérapeutique suivie intervienne dans le mécanisme de la gynécomastie. Au demeurant ce traitement ne doit pas être d'introduction récente ce qui suggère que l'Innexium et/ou le Tahor (rares gynécomasties rapportées aux traitements par statines) soient peu ou pas responsables du problème.
Par contre, l'âge du patient, un taux de testostérone un peu bas (T Totale = 2,6 ng/ml) et une estradiolémie à 16 pg/ml, sont compatibles avec un déficit testiculaire primaire d'intensité modérée et dont la gynécomastie serait un symptôme. Une détermination du taux plasmatique de TeBG apporterait des informations intéressantes. Enfin, les valeurs de LH et de FSH sont elles réellement "normales" ?
Par ailleurs le taux d'hCG "détectable" est très vraisemblablement lié à l'hypothèse proposée par Jacques Young. Plusieurs arguments plaident dans ce sens: les valeurs "normales" de LH et de FSH et un taux d'estradiol bas. Dans les situations de sécrétion d'hCG, c'est un profil inverse que l'on observe (LH et FSH basses , estradiol élevé).


<< Page précédente

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici.
SFendocrino.org

© 2010 - 2017 l Société Française d'Endocrinologie l Secrétariat permanent : Centre d'Affaires Regus - Paris Gare de Lyon 37-39, avenue Ledru-Rollin - 75012 Paris
Tél. : 33 (0)1 40 24 02 72 l Fax : 33 (0)1 40 24 02 71 l Siège social : 88, rue de la Roquette - 75011 PARIS l Mentions légales l Contact